Philippe Sauze

Directeur Général

Pour tous les projets LDLC.com que je pilote, je m’entoure de spécialistes ! C’est notamment le cas pour le développement de magasins physiques en franchise de notre groupe, issu de l’e-commerce. Cet exercice extraordinaire nous a été si bénéfique que je le reproduirai dans d’autres services de notre groupe !

Recruter & Organiser 

Accompagner le lancement en franchise
à travers une constitution progressive
de la structure opérationnelle du réseau.

Apport de Franchise Management

Aide au recrutement de spécialistes
de la franchise (développement, animation).

Réorganisation de la structure opérationnelle
en fonction des savoir-faire et des savoir-être de ses membres.

Construction d’un parcours
de sélection réciproque adapté au concept.

Comment LDLC a créé son équipe dédiée au développement en franchise ?

Philippe Sauze : Pour tous les projets LDLC.com que je pilote, je m’entoure de spécialistes ! C’est notamment le cas pour le développement de magasins physiques en franchise de notre groupe, issu de l’e-commerce. Nous avons donc composé une cellule dédiée en interne en nous appuyant à nouveau, dans le recrutement de ses membres, sur l’expertise du cabinet Franchise Management.

Nous avons d’abord recherché une personne pour diriger le développement du réseau, en étant exigeant sur les critères de ce profil afin de rassurer les candidats à la franchise : une réelle ancienneté dans le milieu, des compétences commerciales, des capacités de négociateur, un certain charisme et une souplesse relationnelle. Marie Hatsch-Larçonnier répondait parfaitement à notre demande, après avoir exercé des responsabilités en franchise dans des enseignes très renommées comme Yves Rocher ou celles du groupe Zannier. Depuis un an et demi, elle apporte également son énergie communicative au projet franchise LDLC. D’autres spécialistes l’ont rejoint, comme Etienne Crovisier, animateur de réseau, également expérimenté dans sa fonction à travers un parcours dans une grande enseigne alimentaire.

Comment LDLC a anticipé le coaching et l’évolution de cette équipe en planifiant ses besoins par rapport au développement du réseau ?

Philippe Sauze : Fin 2014, notre cellule dédiée « franchise » compte 5 personnes pour un réseau de 8 magasins, dont 5 en franchise. Elle a été créée de manière spontanée, avec un recrutement axé sur les compétences, comme le sont généralement les services chez LDLC.com. Or, avec son développement, il devient, à un moment, nécessaire de trouver un équilibre pour qu’une équipe puisse, au quotidien, avancer ensemble et dans le même sens.

J’ai demandé à Franchise Management de m’accompagner dans cette réorganisation. D’une part, en effectuant « un arrêt sur image », une cartographie des compétences réelles à travers une analyse de la situation et des entretiens avec les membres de la cellule. D’autre part, en anticipant l’évolution de la structure en fonction du développement du réseau de magasins physiques dans les cinq prochaines années. C’est en particulier fondamental pour la fonction « management », qui ne s’improvise pas. Tout salarié n’est pas manageur dans l’âme, mais peut le devenir s’il a des capacités et est accompagné dans cette progression. Cet exercice extraordinaire nous a été si bénéfique que je le reproduirai dans d’autres services de notre groupe !

Comment LDLC réalise un profilage des candidats à son enseigne par étapes successives ?

Philippe Sauze : Nous appliquons aussi notre volonté de mettre l’humain au cœur du système dans le recrutement des futurs franchisés.Réussir sous enseigne dans notre secteur requiert certaines particularités, telles qu’une vraie sensibilité à l’univers technologique et une approche fine de la gestion d’une entreprise, en raison de marges serrées. Nous avons donc construit un parcours de sélection adapté aux exigences de notre concept, plus technique que d’autres en franchise, et à notre recherche de candidats, que l’on désirait tout autant guidés par la passion de notre métier qu’attirés par un modèle économique rentable. Ainsi, un candidat doit, entre autres, passer un test technique élevé d’une cinquantaine de questions, se livrer à un entretien « vérité » avec Marie et moi-même… Dans le meilleur des cas, il termine par un échange face au directoire de LDLC.com. Chaque franchisé doit finalement nous apporter un élément nouveau, à travers ses expériences passées, pour consolider notre concept en termes de merchandising, qualité produits, parcours client, etc.

 

 

Pourquoi avoir créé votre propre école ?

Philippe Sauze : Dans la continuité logique de cette stratégie fondée sur l’humain, nous avons aussi créé une école, L’Ecole LDLC, afin de former des « cadres généralistes du numérique » pour parer à la pénurie de profils capables de gérer le numérique au sein de TPE et PME. Des bacheliers, choisis après différentes épreuves et notamment un test de personnalité, seront ainsi préparés à cette mission à travers 4 modules : « communication et création digitales », « technologies et usages », « vie de l’entreprise » et « ouverture et culture ». La première promotion de L’Ecole LDLC accueillera trente élèves en septembre prochain à Lyon. »