Actus

La franchise pour entreprendre : pourquoi tout le monde veut créer un réseau organisé ?

La franchise rencontre un vif succès, pourquoi un tel engouement ?

La franchise pour entreprendre, ce choix de modèle de développement en réseau a fait ses preuves depuis les années 70 sur le territoire.

De plus en plus de secteurs y ont recours. Des plus classiques, la restauration, le retail, les services à la personne et aux entreprises, l’immobilier… aux plus confidentiels, la santé, le transport, l’éducation, le bâtiment… Pour n’en citer que quelques uns…

3 leviers de motivation : bâtir un réseau, partager le savoir faire et accompagner

Et pour cause, le premier principe est de bâtir un réseau d’indépendants sur un modèle économique éprouvé. Le champs des possibilités est donc très large tant sur le secteur d’activité, la nature du modèle, le format, les performances économiques…

Le second principe repose sur un partage du savoir-faire. Tout nouvel entrepreneur en franchise bénéficiera d’une formation initiale et continue pour réitérer les bonnes pratiques et atteindre efficacement ses objectifs.

Enfin, le troisième principe repose sur l’assistance. Elle consiste à accompagner le franchisé dans l’exploitation de son activité au quotidien pendant toute la durée du contrat. Encadrer par un concept éprouvé, un savoir-faire expérimenté et une équipe franchiseur dédiée, le chef d’entreprise franchisé n’est plus seul. Il peut se comparer et contribuer à améliorer les pratiques.

Réseau Les Opticiens Mobiles

La franchise pour entreprendre : Focus sur Les Opticiens Mobiles

Sur un marché porteur mais mature, la jeune enseigne LES OPTICIENS MOBILES sort son épingle du jeu et accélère son développement en franchise.

LES OPTICIENS MOBILES casse les habitudes sur le marché de l’optique en proposant le même service qu’en magasin sans magasin ! Le réseau composé d’opticiens se rend au quotidien sur le lieu de vie de ses clients, les actifs et les personnes fragiles.

La franchise : l’agilité pour innover 

Le modèle de la franchise est agile, il intègre l’évolution des modèles, les nouveaux modes de consommation à une vitesse inouïe. Pourquoi ? Franchiseur et franchisés sont tous deux connectés à leur marché, partagent des problématiques communes et deviennent des lanceurs d’alertes répartis sur un vaste territoire pour leur enseigne.

Tous les secteurs d’activité ont ou auront recours à un modèle de développement en réseau car dans un monde qui s’accélère, l’enjeu est de rester compétitif. En l’espace de 10 ans, ce marché a connu une progression de +63% pour atteindre en 2018 un décompte de 2004 franchiseurs en France.

Rester dans la compétition c’est atteindre une taille critique, industrialiser ses bonnes pratiques et comparer ses performances.

La tendance observée de la vie des réseaux est sans appel :

  • 30% des projets de réseau passent le cap des 5 ans
  • 5% des réseaux passent le cap des 100 unités

Soit seulement 1,5% des projets de réseaux parviennent à passer le cap des 100 unités.

C’est un métier à part entière à construire avec autant de précautions que le modèle à dupliquer. Rester dans la compétition relève également de la qualité et de l’implication des adhérents qui composent le réseau.

Recrutement des franchisés : l’intelligence individuelle au service du collectif

Il est de la responsabilité de l’enseigne que de sélectionner les meilleurs talents. Bons ou mauvais, ils deviendront la vitrine de l’enseigne.

L’intelligence individuelle est ainsi mise au service du collectif. Ce phénomène, une fois installé et savamment animé, alimente le cycle des innovations, la résolution de problèmes, l’entraide, l’auto-défense de la marque par le réseau lui-même.

Les réseaux qui ont su innover avec leurs adhérents et construire un juste équilibre dans leur relation franchiseur / franchisés sont ceux qui réussissent durablement et résistent mieux aux tensions du marché.

Se développer en franchise un réel enjeu ou simple formalité ?

 Les premiers mois d’exploitation d’un jeune concept, aussi exceptionnels soient-ils, ne préjugent en rien des résultats futurs. 

“Un oiseau blanc au milieu d’un lac n’est pas forcément un cygne” 

Passé l’effet nouveauté, seule la récurrence de l’activité sera juge de paix et permettra d’affirmer objectivement la pertinence du modèle économique et de sa rentabilité.

En pleine acquisition du métier, l’entrepreneur apprend, affine, et expérimente son concept sur son marché. 

Cette phase est essentielle pour :

– affirmer l’ADN, 

– optimiser ses pratiques, 

– être en phase avec l’image de l’enseigne et les attentes des clients, 

– valider son positionnement, 

– apprendre de ses erreurs et se forger ses convictions.

 

Ce temps de maturation est précieux. Éprouver son concept est un gage de sérieux.

Cette courbe d’apprentissage permettra de passer du brouillon à une version originale du concept. Dès lors, le concept pourra faire l’objet d’un Diagnostic de Faisabilité pour évaluer son niveau de maturité et sa capacité à être dupliqué.

 

Se développer en franchise repose sur deux composants clés : le concept et les dirigeants.

L’un ne va pas sans l’autre. Les raisons d’y aller, l’investissement et la motivation pour y parvenir en font un parcours long et non linéaire. 

 

Il se décompose de 3 temps,

  1. La validation des conditions de développement du réseau et de la stratégie de développement 
  2. La construction du métier de franchiseur et de ses outils
  3. Le lancement et le développement de l’enseigne sur le marché des réseaux

“La franchise c’est 10% de chance, 10% de talent, 80% de préparation”

Un concept qui a fait ses preuves, est-il suffisant pour le développer en franchise ?

Aussi pointu qu’il soit, le concept n’est qu’un élément du développement de l’enseigne en réseau. Celui qui le fait vivre, celui qui l’anime, celui qui y croit plus que quiconque, autrement dit, l’entrepreneur, le fondateur, le créateur, est la composante clé du projet. Cette composante est sans aucun doute la plus importante et pourtant si souvent oubliée… 

 

“Ce nouveau rôle qu’il s’apprête à endosser, il en rêve souvent, sans en connaître réellement la teneur”.

 

Et pourtant, il se met en position de défendre une marque, un réseau, des adhérents indépendants sur un territoire qui va bien au-delà du local. Mener un projet de réseau change la vie de tout entrepreneur qui s’y engage. Ils prennent ainsi conscience qu’ils ne seront plus en charge uniquement de leur premier métier mais bien de deux ! 

Au métier initial s’ajoute celui du franchiseur. Un métier à part entière avec ses codes, ses obligations, ses figures imposées, ses particularités et ses joies. Ce métier est bien souvent mal connu voir sous-estimé autant par sa complexité que par la courbe d’apprentissage qu’il nécessite.

 

Prendre la bonne trajectoire, c’est avant tout décider de son projet de réseau en toute connaissance de cause.

 

Parlons-en !

Au sujet de l'auteur ...

Inscription à la Newsletter